La semaine guyanaise condamnée aux Prud'Hommes

image0015_640x208Dans une ordonnance en référé communiquée ce jour, la Direction de l'hebdomadaire La Semaine Guyanaise, M. Alain Chaumet et Mme Vanessa Chang Hing Wing Chaumet co-gérants, a été condamnée par le Conseil des prud’hommes de Cayenne pour ne pas avoir payé depuis février 2013 les salaires de son rédacteur en chef, M. Valette.

Dans sa décision, le juge a constaté que M. Valette «a été dans l'obligation de saisir le Conseil des prud’hommes en référé pour obtenir la remise d'un chèque à la barre». En effet, le 02 août 2013, en tout début d'audience, Me Ursule l'avocate La Semaine Guyanaise avait remis, contre toute attente, un chèque à Me Beulque l'avocat du rédacteur en chef.

L’ordonnance de référé établit d'ailleurs que ce chèque remis à la barre ne constitue qu’«une provision» en l'état puisque l'employeur n'a pas été en mesure de justifier son mode de calcul ni de fournir au salarié les fiches de paie correspondantes.

En outre, la Semaine Guyanaise a également été condamnée à une indemnité pour frais de justice (article 700 du NCPC) ainsi qu’aux dépens. Le tribunal estimant qu’il « existe nécessairement un préjudice » concernant le non-paiement des compléments de salaire de M. Valette, et invite le rédacteur en chef à se pourvoir au fond pour le faire valoir.

À la tête de la rédaction de l’hebdomadaire depuis le 1er janvier 2005, M. Valette a reçu le soutien du Club de la presse de Guyane, du Syndicat national des journalistes (SNJ). Même l'Inspection du travail de Cayenne a demandé par écrit à la Direction de La Semaine Guyanaise de respecter les droits de son salarié, en vain.

François-Michel Lambert, député des Bouches-du-Rhône, membre de délégation parlementaire à l’outre-mer et vice-président de la commission développement durable de l’Assemblée nationale a même posé une question écrite à Aurélie Filippetti, Ministre de la Culture et de la communication, sur la situation sociale du rédacteur en chef et d’un journaliste de La Semaine Guyanaise.

Cette décision de justice prud'homale intervient après les fracassantes révélations de l'enquête de Médiapart sur la mine d'or et le permis Rexma en Guyane faisant état de l’ouverture d’une enquête préliminaire pour faux et usage de faux.

En janvier 2013, le directeur de la publication de La Semaine Guyanaise, Alain Chaumet, aussi président du MEDEF Guyane, avait interdit la parution d’une enquête sur la société minière Rexma en Guyane qui avait obtenu un permis minier à Saül, aux portes du Parc amazonien de Guyane.

Après deux semaines de contestation, les journalistes de la Semaine guyanaise avaient obtenu la parution de l’enquête documentée préparée par la rédaction et qui faisait état de poursuite judiciaires à venir au tribunal correctionnel contre la société Rexea, filiale de Rexma dont le directeur a depuis été condamné (il a fait appel).

À l’issue de cette contestation, le rédacteur en chef et un journaliste avaient été respectivement mis à pied et averti par la direction.

Vous pouvez réagir à toute l'actualité Mégazap sur nos pages FACEBOOKTWITTER et GOOGLE+, ainsi que sur Internet-Réunion

Posté par Shadowman à 18:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur La semaine guyanaise condamnée aux Prud'Hommes

Nouveau commentaire